no chichi no gâchis: la tomate



J'ai lancé cette rubrique au tout début de mon blog, l'idée étant de faire preuve de créativité pour gâcher le moins possible. Sachez qu'en France, on estime à 10 millions de tonnes de nourriture gâchées par an.

Alors petit rappel rapide, gaspiller c'est : gâcher des ressources naturelles telles que l'eau, mais aussi perdre de l'argent (a priori ce qu'on jette on l'a payé) et ne pas tenir compte de ceux qui n'ont rien, et ce juste à côté de chez nous.



Aujourd'hui je m'attaque aux tomates. Cet article s'adresse à ceux qui, comme moi, ont un jardin potager et croulent sous les tomates mais aussi à vous, qui habitez en ville et qui cherchez des idées avec les tomates.


Que faire des tomates quand on en a trop, quand elles sont trop mûres, ou encore trop vertes ?


La saison de la tomate on la respecte. Je pense que la première (bonne) tomate que j'ai mangée cette année c'était en juin : elle était d'un producteur local, et, habitant en Normandie, difficile d'en avoir avant (même en serre).

Quant à mes tomates (et celles de mon cher voisin Jean-Jacques), celles que j'ai semées d'abord en mars en intérieur, elles ont commencé à être mûres à mon retour de vacances fin août (= timing parfait).




La première chose c'est de donner : je donne de mes tomates à mes amis, mes voisins, ma famille quand je peux. La semaine dernière par exemple, je travaillais à Paris et j'avais pris soin de préparer un petit panier de haricots verts et tomates du jardin pour mon frère avec qui j'avais prévu de déjeuner.


La deuxième c'est de prendre : mon voisin produit beaucoup plus qu'il n'a besoin, donc je l'aide en ramassant ses tomates mais vous aussi, à la fin du marché, si vous voyez des cagettes de tomates "abîmées", prenez-les ! (Et au passage regardez "Les glaneurs et la glaneuse" d'Agnès Varda...)


La troisième c'est de transformer ET conserver , et là il y a de quoi faire, voici quelques pistes :


- la passata : purée de tomates nature sans aucun ajout, à mettre en bocaux et à stériliser, voilà une bonne manière d'avoir de la sauce tomate pour toute l'année pour vos pizzas, lasagnes, ragoûts...La technique : ébouillantez les tomates pour enlever la peau facilement, égouttez-les le plus possible, mixez, faites cuire un peu avec une pincée d'acide citrique pour verser bien chaud dans les bocaux. Si vous mettez au congélateur, inutile même de chauffer.


- le ketchup : j'ai enfin fait mon propre ketchup d'après une recette d'Anja Dunk tiré du livre Do/ Preserve , c'est tellement facile, bon, économique et cela évite d'utiliser un récipient plastique. On met dans une casserole 500g de tomates mûres voire trop mûres, 125g d'oignons rouges hachés grossièrement, 125g de morceaux de pomme, des piments frais si on aime, 120ml de vinaigre (cidre ou ce que vous avez), 2 càs de sel fin, 3 càs de paprika ou piment doux fumé, on fait cuire à feu doux entre 1h30 et 2h puis on mixe. On remet dans la casserole et on ajoute 100 à 120g de sucre complet, on mélange et on met en pots.


- le chutney de tomates vertes : excellent en accompagnement des fromages ou comme pickles dans un sandwich. Pour 1kg de tomates : la veille faites-les dégorger coupées en morceaux dans du gros sel ainsi que 4 oignons coupés en tranches. Le jour-même, égouttez-les, mettez-les dans une casserole en ajoutant environ 500g de cassonade, des raisins secs si vous aimez, du piment si vous aimez aussi et 400ml de vinaigre de cidre. Faites cuire une bonne demi-heure puis mettez en bocal que vous aurez au préalable ébouillanté.


- la sauce tomate : contrairement à la passata, là on cuit longtemps les tomates avec un peu de laurier, de basilic, ail, oignon, sel, poivre, un peu de sucre, à mettre en pots aussi pour en avoir toute l'année.


- les tomates confites au four : sur une plaque sulfurisée, on coupe les tomates en deux, on les pose côté intérieur, on arrose d'huile d'olive, sel, poivre et herbes de votre choix au four à 180° pendant 2 bonnes heures. Avec les tomates cerises, vous pouvez juste les recouvrir d'huile d'olive et conserver ainsi, avec les grosses tomates, je préfère stériliser les bocaux.


- les tomates séchées : disposez vos quartiers de tomates que vous aurez un peu salées et disposées sur une plaque recouverte de papier sulfurisé au four à 100° pour au moins 2h, peut-être plus vous verrez, ensuite soit vous les conservez dans de l'huile d'olive soit dans un bocal au réfrigérateur. Délicieux pour un pesto, un cake salé, des pâtes.


- les tomates mûres ou vertes lacto-fermentées : le principe c'est de conserver les aliments dans une saumure (30g de sel pour 1l d'eau) avec ou non des aromates, se déguste en apéro ou dans les sandwichs.


- la confiture de tomates vertes : c'est ce que j'aime le moins mais il y a des amateurs...


J'ai lu qu'on pouvait réutiliser la peau des tomates, les faire sécher, les réduire en poudre et parfumer des pains ou autres mets. Ayant un compost et des poules, je ne suis pas allée jusque là...




Astuce stérilisation : je me suis mise aux bocaux l'année dernière, c'est une excellente façon de conserver les aliments sans utiliser beaucoup d'énergie (comme avoir un énorme congélateur pour mettre beaucoup de choses alors qu'une bonne partie peut être en bocaux). Il faut faire bouillir vos bocaux vides une dizaine de minutes, versez vos ingrédients encore chauds dedans puis dans un grand faitout, mettez vos bocaux à bouillir entre 40 minutes et 1h. Attention, il est vivement conseillé de vous munir d'une pince à bocaux (je viens d'en acheter une) pour les sortir, là vous devriez entendre un "ploc" c'est que c'est bon.


© Alice Roca 2019